AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Forum ouvert !
Bienvenue sur le forum Invité !
RECRUTEMENTS
ACTUELLEMENT, NOUS RECRUTONS UN STAFF COMPLET ! POSTEZ VOTRE CV ICI.
NOUVEAUX MEMBRES !
SOUHAITONS LA BIENVENUE A C A T !

Partagez | 
 

 Goldeneye

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 47
Points en tant que membre : 121
Réputation sur le forum : 0
Date d'inscription : 05/05/2013
MessageSujet: Goldeneye   Jeu 9 Mai - 15:47

Bonjour,

J'aimerais que vous donniez votre avis et une note à ce film, qui est le 17ème opus de la saga James Bond, Goldeneye.

Sypnosis :

En 1986 à Arkhangelsk, dans un complexe d'armes chimiques près d'un impressionnant barrage. L'Union soviétique n'a plus sa grandeur d'antan et commence à se désagréger, mais continue d'armer des terroristes internationaux. James Bond a pour mission de rejoindre son collègue 006 (Alec Trevelyan) dans le complexe puis de faire exploser l'usine.
Un avion léger survolant les lieux dévoile le barrage, sur lequel une grille de sécurité s'ouvre et laisse passer un personnage filmé bas, courant, habillé de rangers et de pantalon noir. Il s'approche du bord, se harnache et effectue un saut en élastique dans le plus grand silence. Arrivé au maximum de l'élasticité de la corde, il tire un grappin à l'aide d'un pistolet spécialement conçu et se pose sur une petite plate-forme servant de sortie aux conduits d'aération. Avec une sorte de pistolet laser, il découpe un passage. Son regard est déterminé. On découvre enfin son visage lorsqu'il fait la rencontre d'un garde russe lisant le journal dans les toilettes, qu'il frappe d'un fort coup de poing et lui déclare avec humour : Excuse me, forgot to knock (« Je vous demande pardon, j'ai oublié de frapper ») : c'est James Bond.
Il retrouve Alec comme prévu, dans une pièce peu éclairée. Passant par un conduit, ils arrivent dans le quartier scientifique où 006 abat un chercheur sans aucun sentiment (le chercheur aurait sûrement alerté la sécurité). L'infiltration se déroule parfaitement jusqu'au moment où le duo pénètre dans la salle de stockage. Après le décodage de la porte, l'alarme de sécurité retentit, et la garnison militaire du complexe intervient sous le commandement du colonel Arkady Ourumov. La porte étant verrouillée, les soldats ouvrent le feu sur une vitre blindée à l'AKS-74 (en réalité des Norinco Type 65-1 grimées), et en viennent à bout après un temps. La porte verrouillée est dynamitée. L'invasion militaire commence alors par la porte et la baie vitrée brisée et descend les escaliers de métal.
Alec fait feu sur les premiers soldats avec son pistolet puis, dès qu'il est vide, avec un fusil automatique, tout en échangeant calmement des blagues avec James. Pendant qu'Alec contient l'invasion, Bond place les mines adhésives qu'Alec lui avait données en lui demandant de les régler à 6 minutes. À bout de mines, Bond en redemande à 006 mais celui-ci ne répond pas, et un silence glacial envahit la salle. S'approchant prudemment, James lance un regard en dehors des silos et comprend le dramatique de la situation. L'ambiance jusqu'alors quasi-humoristique s'éteint.


Le AKS-74U, symbole de l'Union soviétique, ici dans sa version courte employée par James Bond.
Alec est détenu à genoux face au colonel Ourumov qui braque sur lui un Makarov PM. Mettant en joue Bond, le régiment attend les ordres pour tirer. Désespéré, 006 dit à James de finir le travail tandis qu'Ourumov lance un ultimatum de dix secondes à James Bond pour qu'il se rende. Face à la nouvelle tournure des événements, Bond règle les détonateurs sur 3 minutes afin d'être sûr de l'achèvement de la mission, quoi qu'il se passe. Alors qu'il s'avance vers Ourumov les mains en l'air, Alec s'exclame : « Pour l'Angleterre, James » et se fait abattre par le colonel. Tous les soldats se mettent alors à tirer sur Bond mais l'espion réussit à se couvrir à temps. Ourumov fait cesser les hostilités et demande une dernière fois à James Bond de se rendre.


Une motocyclette Cagiva T4, semblable à la FX d'Azem qui a été volée par James Bond au début du film.
Bond ne l'écoute pas et s'avance vers la droite de la salle en se protégeant derrière un chariot roulant rempli de barils chimiques, ce qui fait sourire Ourumov. La tension est à son comble et un soldat tire par nervosité ; Ourumov l'abat froidement pour l'exemple : il aurait pu faire exploser les barils. Après avoir traversé la salle dans toute sa largeur, toujours dans la ligne de mire du régiment russe, Bond se heurte à un tapis roulant. Ourumov sourit une nouvelle fois et répond à Bond : « Vous ne gagnerez pas. »
Bond dévoile alors son plan en mettant en marche le tapis roulant qui mène à l'extérieur et saute dessus en faisant feu sur des grilles en hauteur dont les verrous sont detruits par les balles. Celles-ci s'ouvrent et libèrent des dizaines de barils qui tombent sur les soldats russes en pleine panique.
À la suite de cette sortie en beauté, Bond se retrouve à l'extérieur, par un temps d'hiver ensoleillé. Un appareil civil léger se prépare à décoller sur la piste d'aviation attenante. Après avoir vidé son chargeur pour arrêter les premiers soldats qui sortent des hangars, il se met à courir vers l'avion, réussit à s'introduire dans le cockpit alors que deux motos militaires tout-terrain se lancent à sa poursuite.
Durant la bagarre avec le pilote, Bond tue le 1er motard par trois coups avec le Makarov du pilote, mais tous les deux sont ensuite éjectés du poste de pilotage. Le pilote (dont la forte corpulence tend vers l'humour) tombe sur le second motard qui effectue un vol plané. Bond vole la moto de celui-ci, et se lance désespérément à la poursuite de son seul moyen d'échappatoire. Ourumov devine que Bond n'aura pas le temps de rattraper l'avion et dit à ses soldats d'attendre. Effectivement, l'avion arrive en bout de piste en même temps que la moto, mais au lieu de s'arrêter, Bond s'élance aussi dans le vide.
L'avion chute dans le gouffre et Bond, en chute libre sans parachute, parvient à le rejoindre. Il se précipite sur le manche à balai et fait lentement redresser l'avion. Au moment où l'écrasement semble inévitable, l'avion réapparait derrière la montagne et survole le complexe qui explose. Le générique musical commence.


Début de l'enquête à Monaco.
L'action qui suit se déroule neuf ans après le drame d'Arkhangelsk. Conduisant une Aston Martin DB5 gris métallisé sur une route montagneuse de la Riviera française, accompagné d'une employée du MI6 chargée de l'évaluer sur sa conduite, Bond se fait doubler par une Ferrari F355 rouge, dont la charmante conductrice souhaite visiblement s'amuser. Une course poursuite s'engage alors, mettant en compétition les talents de conducteurs des deux pilotes et les performances mécaniques des voitures. Après avoir frôlé un groupe de cyclistes, Caroline - l'évaluatrice - ordonne à Bond d'arrêter le véhicule, qui obéit galamment. Profitant de cet instant de calme et d'intimité, il use ensuite de son charme légendaire pour l'obtention d'une bonne note. En contrebas de la route se dessine Monaco.
S'en allant passer une soirée au casino, Bond remarque sur le parking la Ferrari rouge, avec laquelle il avait fait la course. Il rencontre sa propriétaire lors d'une partie de baccara qu'il rejoint et remporte, ce qui agace l'inconnue. Durant leur présentation et la conversation qui s'ensuit, Bond est surpris de constater que la jeune femme accompagne un amiral canadien, qui a au moins vingt ans de plus qu'elle. Il commence une investigation avec une mono-lunette spéciale, au-dessus d'un amphithéâtre, et observe l'amiral et sa compagne se rendant sur le navire dénommé Manticore. Il remarque un curieux hélicoptère sur le pont d'envol d'une frégate militaire. Après l'envoi des données, Moneypenny, secrétaire de M au MI6, le contacte et lui annonce que la femme qu'il a rencontrée est Xenia Onatopp, ancien pilote de chasse soviétique et aujourd'hui en relation avec le syndicat du crime « Janus » basé à Saint-Pétersbourg. Tandis que Bond s'en va, se déroule dans le Manticore une scène sexuelle « physique » entre Xenia et l'amiral. Xenia immobilise et étouffe l'amiral, tandis qu'un complice caché dans la pièce s'empare de son laissez-passer officiel.


La frégate française La Fayette.
Le lendemain, Bond s'introduit discrètement dans le bateau et, après une courte bagarre avec un marin, découvre le corps de l'amiral. Il ne tarde pas à découvrir ce qui se trame : ces terroristes ont l'intention de voler le Tigre, un hélicoptère militaire à la pointe de la technologie qui est présenté le jour même au public. Il fonce jusqu'à la frégate française, où se déroule la manifestation qui vante les mérites de l'engin. Pendant ce temps, Xenia et son complice se font passer pour l'amiral et sa compagne et embarquent sur le navire grâce au laissez-passer. Xenia s'en va alors retrouver les pilotes prévus pour la démonstration et les assassine sans témoin. Avec son complice, elle prend alors leur place. James Bond s'introduit sur la frégate pour empêcher les voleurs d'agir, mais il est arrêté par des marins français avant d'arriver au but. Impuissant, il observe l'hélicoptère qui décolle et part vers l'horizon. Il ne reviendra pas.



L'hélicoptère de combat Tigre
L'action qui suit se déroule à la base de Severnaya, une station radar censée être désaffectée qui se situe au milieu de la Sibérie. En réalité, c'est une station spatiale militaire qui appartient à la division russe « espace » et qui veille sur les deux armes satellites Petya et Mischa. À l'intérieur, Boris Grishenko, l'un des programmeurs qui y travaillent, s'amuse à bloquer l'ordinateur d'une de ses collègues, Natalya Simonova. Quand celle-ci remarque le piratage, elle devine rapidement le coupable. Après s'être amusé un peu à ses dépens, Boris lui donne des indices pour trouver le mot de passe. Quand elle le trouve, une sonnerie se fait entendre. Boris retourne aussitôt à son bureau, joyeux : il vient de réussir à pirater le site internet du Département de la Justice des États-Unis. Natalya s'inquiète que les Américains puissent remonter jusqu'à la base mais Boris n'est guère tracassé : il lui suffit de saisir un mot de passe pour terminer l'intrusion. Natalya demande un indice mais ne trouve pas. Le piratage accompli, Boris se lève et clame sa victoire à tous. Ses collègues, visiblement habitués à ses excentricités, retournent vite à leur travail. Toujours fier, Boris s'en va fumer une cigarette dehors.
L'hélicoptère volé à Monaco atterrit sous une tempête de neige, alors que Boris tente d'allumer sa cigarette. En descendent Xenia et Ouroumov. Ce dernier a été promu général et chef de la division « espace », ce qui leur permet d'entrer dans la base. Il use de son autorité pour demander à ce que soit effectué un « test inopiné des installations de GoldenEye ». Le commandant de la station obéit promptement et après avoir effectué les diverses consignes de sécurité lui remet en main propre la carte d'accès aux satellites et ses clés d'activation. Ayant obtenu ce qu'ils étaient venus chercher, Xenia passe à l'action et assassine avec joie tous les membres de l'équipe présents sur place. Natalya, qui était en train de préparer du café dans les cuisines, échappe de peu à ce massacre en se cachant. Ceci fait, Ourumov arme le satellite GoldenEye et localise la cible : le site de Severnaya. Une survivante mal-en-point arrive néanmoins à faire sonner l'alarme avant d'être abattue. Prévenues, les autorités russes font décoller des MiG d'une autre base en direction de Severnaya. Le signal de détresse est aussi intercepté par le MI6. Les terroristes partis, Natalya sort de la cuisine et assiste au compte à rebours final avant l'activation en haute altitude d'un des satellites de classe GoldenEye. Les MiG, touchés par l'impulsion électromagnétique, explosent en vol et l'un heurte l'antenne parabolique. Toute l'installation explose, l'antenne défonce le toit, manquant de peu de tuer Natalya, mais lui permet de s'échapper de l'édifice. Elle s'enfuit en traîneau.



Joué pour la première fois par une femme, l'actrice Judi Dench, M assoit très vite son autorité.
La scène suivante se déroule à Londres dans le QG du MI6 entre James Bond, M., Tanner, Q et Moneypenny. Elle commence peu avant la destruction de Severnaya. Après une coutumière, mais cette fois infructueuse, tentative de charme auprès de Moneypenny, James fait la découverte de sa nouvelle supérieure. Le briefing ne tarde pas. Tanner expose les faits : ils ont capté un signal de détresse venant de la station Severnaya et grâce au satellite ont découvert la présence de l'hélicoptère Tigre. Le MI6 ne croyait pas que les Russes avaient les finances et la technologie requise pour ce complexe. Au milieu du briefing, le groupe assiste à l'explosion (impulsion électromagnétique) d'un des satellites de classe GoldenEye, qui se traduit par une mise hors d'usage de deux satellites à proximité et donc un arrêt des images reçues. Quand un autre satellite réussit à reprendre le contact visuel, le complexe est détruit. En effectuant un zoom, Bond découvre un survivant dans les décombres. M met fin au briefing et souhaite voir Bond dans son bureau. Après un échange verbal où chacun exprime ses quatre vérités, M donne l'ordre à Bond de se rendre en Russie. Il passe auparavant chez Q qui lui présente les nouveaux gadgets mis à sa disposition, comme un stylo explosif ou une ceinture à piton. Il part en avion pour Saint-Pétersbourg où il doit rencontrer un certain agent de la CIA : Jack Wade. Au même moment, au ministère de la défense russe, Ouroumov ment au premier ministre Mishkin sur l'affaire Severnaya et va jusqu'à présenter sa démission pour appuyer ses dires. Le conseil le croit et refuse cordialement cette dernière.
Après que James a pris contact avec Jack Wade à Saint-Petersbourg, ce dernier lui suggère d'interroger Valentin Zukovsky, un mafieux russe en concurrence avec Janus. Bien qu'il ait par le passé tiré une balle dans le genou, volé la voiture et séduit la femme de cet homme, Bond décide d'aller l'interroger. Pendant ce temps, Natalya réussit à retrouver Boris via un réseau informatique. Ils se donnent rendez-vous à l'église de Smolensk. Elle retrouve Boris mais celui-ci est accompagné par Xenia. Dans le bar-cabaret de Valentin, Bond prend ses précautions en braquant son arme dans le dos de Valentin avant tout dialogue. Zoukovsky devine qu'il s'agit d'un agent britannique par le son du Walther PPK, 7,65 mm, peu avant que ses sbires ne mettent Bond en joue. Après une discussion tendue et un accord financier, Bond obtient son rendez-vous avec Janus. Le soir même, au lieu indiqué, les thermes, un violent et sulfureux affrontement l'oppose à Xenia, émissaire de Janus. Vainqueur, 007 lui ordonne de le mener à Janus.


Le Walther PPK 7,65 mm, arme favorite de Bond, sera remplacé dans l'opus suivant par le Walther P99.
Le lieu où ils arrivent en pleine nuit est sinistre : c'est un dépôt d'anciennes statues datant de l'ère soviétique. Après avoir assommé Onatopp, Bond se met en route, arme au poing. Des bruits discrets laissent supposer qu'on le surveille. Un homme sort alors d'une porte éclairée : c'est le coup de théâtre du film car il s'agit d'Alec Treyvalian, l'ami de Bond qui était censé avoir péri des mains d'Ourumov. Il commence une diatribe revancharde envers Bond et l'Angleterre. Les raisons de sa haine sont simples, ses parents étaient des cosaques de Lienz qui ont subi la trahison britannique en 1945 et furent envoyés à la mort en les laissant aux mains des sbires de Staline. Les brûlures sur son visage sont dues aux mines que Bond avait avancées de trois minutes à Arkangelsk. Après cette discussion, capitale et très révélatrice, Bond met Trevelyan en joue quand il s'exclame « le pub ferme », qui était la phrase-code pour que ses hommes de mains endorment James avec une fléchette anesthésique. Bond s'écroule. Il se réveille dans le Tigre, ligoté à l'avant, avec la seule témoin qui reste de l'affaire, Natalya, qui hurle pour le réveiller. Deux missiles sont tirés automatiquement de l'hélicoptère, avec comme cible l'hélicoptère lui-même. Avec l'énergie du désespoir, Bond frappe le bouton d'éjection du siège éjectable avec sa tête. Le cockpit s'envole, l'hélicoptère explose, et les parachutes s'ouvrent. À l'atterrissage, des jeeps et soldats de l'armée russe les entourent.



La poursuite en tank se déroule dans les rues de Saint-Pétersbourg
Les deux sont incarcérés dans une prison militaire afin d'y être interrogés par le ministre de la Défense, Mishkin. Quand l'interrogatoire commence, Bond joue la carte de l'humour sans résultat, puis la discussion s'envenime jusqu'à ce que Natalya y mette un terme en révélant au ministre tout ce qu'elle sait, notamment que c'est Ourumov qui a déclenché l'arme et détruit Severnaya. C'est alors que le général Ourumov fait irruption dans la salle en protestant que c'est à lui de mener l'enquête et d'interroger les témoins. Le ministre lui refuse ce droit au vu des révélations qu'il vient d'apprendre. La situation dérape, Ourumov abat le ministre qui a appelé à la garde ainsi que le garde présent dans la pièce avec l'arme de Bond posé sur le bureau. Puis il remet cette arme déchargée à Bond pour faire croire qu'il est responsable de ces meurtres. Il se prépare à assassiner l'agent et la programmeuse quand Natalya détourne son attention en lui envoyant une chaise. Bond en profite pour reprendre la situation en main, ramassant l'AKS-74U du garde abattu par Ourumov et le couple s'enfuit dans le bâtiment. Après d'innombrables échanges de tirs dans les archives militaires et une partie de cache-cache, Natalya sera capturée. Le général l'emmène dans sa voiture et donne l'ordre au chauffeur de se rendre à la gare. Bond ne se décourage pas et se sert de sa ceinture-piton pour se balancer et sortir en cassant une fenêtre. Il tombe sur la bâche d'un camion militaire stationné.


La montre Omega modifiée par Q peut émettre un laser.
Alors qu'on voit la voiture noire d'Ourumov s'enfuir, Bond vole un tank T-55. Il traverse un mur en briques et se retrouve derrière la voiture d'Ourumov qui vient d'y arriver en faisant un dérapage. Une fantastique poursuite en pleine ville s'ensuit, détruisant une statue, un camion transportant des milliers de bouteilles, un bâtiment, et des dizaines de voitures. Ourumov arrive miraculeusement à destination sain et sauf et embarque Natalya avec lui dans le train de Janus. Bond arrive trop tard, mais prend de l'avance et attend le train près d'un tunnel à la sortie de la ville. Alors que le train arrive à pleine vitesse sur lui, sur ordre de Trevelyan, il tire un obus qui cache sa fuite. Le tank est détruit et le train immobilisé. James investit le Wagon, mais Ourumov tient Natalya en otage. 007 informe Ouroumov qu'Alec est un cosaque de Lienz et qu'il trahira les Russes aussi facilement que les Anglais, ce qui décontenance un peu le général. Alec, guère perturbé, met son ancien ami devant un choix difficile : « La fille, ou la mission ? ». Armé d'un AKS-74U, Bond bluffe en disant que la fille ne représente rien pour lui.
Tout se passe ensuite en quelques secondes. Dès qu'Alec fait un signe de tête vers Ouroumov, Bond se retourne vers ce dernier, surpris, et l'abat d'une rafale. Il n'a cependant pas le temps d'en finir avec Alec qui s'enfuit en bloquant toutes les portes. Bond et Natalya sont enfermés dans un wagon avec un blindage de 2,5 cm. Alex le prévient que tout va exploser dans « les mêmes six minutes que toi tu m'as laissées », avant de s'enfuir grâce à un petit hélicoptère dissimulé dans un autre wagon. Tandis que Natalya cherche à localiser Boris, actuellement sur le réseau, pour savoir où veulent se rendre les terroristes en utilisant le programme de Boris qui trace l'émetteur de fichiers et le piste ( comme a Severnaya ), Bond perce un carré dans le sol à l'aide de sa montre équipée d'un puissant laser. Boris se rend compte qu'on cherche à le repérer et détruit son serveur, manquant de s'électrocuter avec les circuits imprimés avant la fin de la localisation. Natalya sait cependant qu'il est quelque part à Cuba. Le couple s'échappe du train au dernier moment, puis décide d'aller enquêter à Cuba.



James Bond utilisera un Cessna pour ses recherches au-dessus de Cuba.
À Cuba, après avoir fait l'amour, James Bond et Natalya rencontrent Jack Wade qui « plante des figuiers » dans le coin. Ils lui empruntent son avion à la recherche d'une antenne « de la taille d'un terrain de foot ».
Après avoir refait un passage au-dessus d'un lac, un missile tiré de dessous le lac les touche et troue l'aile droite de l'avion qui s'écrase violemment dans la jungle. Indemnes mais sonnés, Bond et Natalya s'évanouissent. L'arrivée d'un hélicoptère réveille 007, qui se remet péniblement debout. Il voit une forme en contre-jour s'apprêtant à descendre par un filin. La forme descend brusquement à toute vitesse et vient frapper Bond : c'est Xenia qui vient chercher sa vengeance. Après un court combat en sa défaveur, Bond réussit à prendre l'AKS-74U de son adversaire et tire sur l'hélicoptère qui perd tout contrôle et s'écrase dans la jungle, emportant du même coup Xenia, toujours attachée au filin. Elle se retrouve écrasée contre un arbre fendu.
Poursuivant leur recherche près du lac, Bond et Natalya arrivent au moment où Alec, dans sa base secrète, donne l'ordre de faire monter l'antenne. Le lac est alors vidé devant leurs yeux, et la parabole dissimulée sous l'eau s'élève et prend position, immense. Cherchant une entrée, ils se font repérer et tirer dessus, ce qui les fait tomber sur la surface bétonnée et extrêmement glissante du lac artificiel. Ils évitent de justesse une chute mortelle dans le conduit d'évacuation quand Bond réussit à prendre pied sur le court rebord. Chanceux dans leur malheur, ce conduit dissimule une entrée vers la base de Janus. Le complexe est similaire à celui de Severnaya, mais en plus spacieux et plus moderne. Il y a trois étages soutenus par des piliers, permettant une vue de toute part sur la salle de contrôle dotée d'un immense écran. Natalya s'en va discrètement reprogrammer le satellite de façon à ce qu'il rentre dans l'atmosphère et se désintègre, mettant fin à la menace terroriste, tandis que Bond part placer des mines télécommandées à distance sur des réservoirs de carburant. Mais il se fait surprendre et capturer. Amené devant Alec, ce dernier devine aussitôt que Bond n'est pas venu seul et demande à ce qu'on trouve la fille. Les soldats ne tardent pas à la repérer et à la déloger. Elle réussira cependant à exécuter la manœuvre qu'elle avait programmée. Trevelyan dévoile fièrement son plan à Bond : il a l'intention de « braquer » informatiquement la Banque d'Angleterre puis d'activer l'arme du satellite au-dessus de Londres afin d'effacer toute trace du délit, vengeant ainsi les Cosaques de Lienz.


Le radiotélescope d'Arecibo servit de décor pour l'affrontement final
Après une dispute entre Boris, programmeur du satellite, et Natalya, l'alarme retentit. Boris se met aussitôt au travail pour reprogrammer la direction du satellite, détourné par son ex-collègue. Tandis que tous l'observent, Boris joue fébrilement avec le stylo pris par inadvertance à Bond, celui que lui donna Q auparavant et qui contient un explosif déclenchable par trois clics sur le bouchon et désamorçable de la même façon. Après de multiples clics, Boris se lève et demande à Natalya le mot de passe, alors que son stylo est prêt a exploser. Bond l'a deviné et fait valser le stylo qui explose près des réservoirs. Dans la confusion qui s'ensuit, il réussit à s'échapper avec Natalya par un ascenseur. Comme Boris est capable de casser le mot de passe, Bond doit rendre l'antenne inopérationnelle. Natalya se charge d'avertir Jack Wade, et de prendre en otage le pilote d'un hélicoptère. Tandis que James se dirige vers le centre de la parabole, Alec le poursuit par un téléphérique, fou furieux. Après que tous deux ont vidé leurs armes, ils se retrouvent dans le noyau de l'antenne, peu de temps après que Bond a réussi à bloquer une chaîne motrice avec une barre en fer. Commence alors une très violente altercation à mains nues avec son ancien ami, qui les mènent jusqu'à une petite plate-forme de deux mètres de diamètre, à cinquante mètre au-dessus du fond du faux lac. Alors qu'on croyait Alec perdu, Bond finit par le retenir par le pied droit au-dessus du vide. Alec lui relance la formule d'autrefois : « Pour l'Angleterre, James ? », mais cette fois Bond lui répond : « Non. Pour moi. » et lâche Alec dans le vide. Ce dernier survit néanmoins à sa chute. Bond saute et s'accroche à l'hélicoptère que Natalya a réquisitionné, et ils s'éloignent de l'antenne qui explose quelques instants plus tard, tuant Alec par la même occasion. Incontrôlable, le satellite se désintègre dans les hautes couches de l'atmosphère. À l'atterrissage, Jack Wade fait une dernière fois son apparition, avec des marines habilement camouflés. Le film se termine lorsque les hélicoptères qui les emmènent s'en vont face au soleil.

Mon avis : Le meilleur James Bond avec Moonraker.

Ma note : Tellement qu'il est super, 20,5/20 ! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Goldeneye

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [PS3/ XBOX360] Goldeneye 007: Reloaded
» Les bugs
» quelques idées
» [EMULATEUR] N64OID V2.2 : Émulateur Nintendo 64 (N64) sous Android [Payant]
» Perso Goldeneye Xenia Onatopp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WORLD OF tv :: LES PROGRAMMES :: LES SERIES, FILMS ET TELEFILMS-